TOP 10 DES SPÉCIALITÉS SAVOYARDES

Aujourd’hui, nous connaîssons tous les plats typiques de l’hiver en Savoie : tartiflette, raclette, fondue… Mais connaissez-vous les spécialités savoyardes de l’été ? On vous fait notre Top 10 !

 Gastronomie meribel header

gastronomie meribel 1

1 ▬ Le fromage. Tout d’abord, que serait la montagne et la Savoie sans le fromage ? Celui-ci est à l’honneur toute l’année ! Il est produit localement dans les coopératives laitières où le lait de nombreux agriculteurs est mis en commun pour produire du fromage. Pour passer du lait au fromage, il y a différentes étapes : la pasteurisation, le caillage, le moulage, le salage et enfin l’affinage. Tous ces savoir-faire sont transmis de génération en génération et l’affinage doit permettre aux particularités du terroir et aux goûts d’être mis en valeur. Vous pourrez voir de vos propres yeux la fabrication et la conservation des fromages en allant visiter la coopérative laitière des Cimes de Morel. Vous pourrez aussi les goûter dans le magasin de la Coopérative laitière de Moûtiers, situé à Mussillon. Nous y trouvons du bon fromage de vache, tel que le Beaufort qui a un goût plus ou moins prononcé selon qu’il soit d’hiver ou d’été, et un des plus typiques : la Tomme de Savoie ! Si vous préférez les fromages au goût plus léger, alors l’Abondance et la Raclette vous combleront. Le fromage de chèvre est aussi au rendez-vous, notre préférence va pour le Chevrotin qui est onctueux et très tendre… Enfin, le mieux reste encore d’aller les goûter par vous-même car, comme le dicton le dit : chacun ses goûts !

2 ▬ Le saucisson. Qui dit fromage dit aussi saucisson, c’est la base d’un apéro savoyard ! Le climat montagnard présente des conditions parfaites pour sécher la charcuterie, la conserver et lui donner une saveur unique. En Savoie, le savoir-faire n’a cessé d’être perpétué pour entretenir la tradition artisanale. L’incontournable saucisson sec connait aujourd’hui beaucoup de déclinaisons, au Beaufort, à l’ail des ours, au reblochon, au sapin, aux cèpes, aux myrtilles, au génépi

3 ▬ Diot-polenta. Passons au plat. Et nous avons élu… Le diot-polenta ! Servi à toutes les fêtes de village, le diot est une saucisse typiquement savoyarde. Il en existe différentes variétés : nature, pur porc, fumé, au chou, au beaufort…  Ils sont traditionnellement cuits avec de l’oignon et du vin blanc ou rouge. Avec ceci nous ajoutons de la polente qui peut être servie nature, avec de la crème ou en palets revenus à la poêle.

4 ▬ Champignons. Nous pouvons en cueillir à Méribel, une grande variété de champignons. Par exemple au printemps, nous trouvons des morilles, en été des girolles et des cèpes, en automne des chanterelles, des pieds de mouton, des trompettes de la mort, des pieds bleus… En montagne, les champignons poussent plus tôt dans la saison que dans les plaines dû au climat et à l’humidité. Nous pouvons les trouver jusqu’à environ 2000m d’altitude. Pour ce faire, le panier en osier est très utile car il permet aux spores, qui sont les cellules reproductives du champignon, de se répandre tout au long du trajet. Inutile de rappeler qu’il faut faire très attention à ne pas manger les champignons que nous ne connaîssons pas. Mais une fois que vous êtes bien sûr de ce que vous avez ramassé, vous pouvez les préparer de 1001 manières : en salade, à la poêle, en omelette

5 ▬ Le Matafan. Enfin vous pouvez servir du matafan pour accompagner tous vos plats. C’est originellement une galette de pommes de terre que mangeaient les paysans le matin pour aller travailler dans les champs et avoir de quoi tenir jusqu’au repas suivant. Le matafan peut aujourd’hui varier en crêpe épaisse avec des pommes de terre ou même être sucrée avec des pommes reinettes, agrémenter avec des légumes...

6 ▬ Les Bugnes. Pour le dessert, commençons par une spécialité culinaire du Duché de Savoie… Elles se trouvent maintenant dans toute la région et étaient à l’origine confectionnées pour mardi gras. À la différence des lyonnaises, les bugnes savoyardes sont fines et croustillantes. Ces gourmandises sucrées sont proches des beignets. On vous livre les 5 recettes de Madelaine, Janine, Marie-Louise et Simone !

7 ▬ Gâteau de Savoie. Ce gâteau qui nous donne l’impression de croquer dans un nuage, a été inventé en 1358 par le pâtissier d’Amédée VI, Comte de Savoie, qui souhaitait combler ses convives avec un gâteau des plus légers… Un des plus emblématiques de la région, le gâteau a un goût très aérien et moelleux du fait de ses blancs en neige mélangés à une pointe d’agrume. Notre conseil ? Le tremper dans son thé ou son café (pour garder la french touch !).

8 ▬ Tarte aux myrtilles. Un autre dessert traditionnel pour l’été dans les régions montagneuses : la tarte aux myrtilles. C’est entre 600 et 1600 mètres d’altitude que poussent les myrtilles sauvages sur des petits arbrisseaux. Les myrtilles sauvages ont besoin de sols acides et de soleil. En plus d’être excellente, la tarte aux myrtilles elle est aussi riche en antioxydants, en vitamines C et E ou encore en zinc. Pourquoi se priver ?  

9 ▬ Cueillette. La nature continue d’offrir son lot de surprises… Si vous allez vous balader en forêt près de l’Altiport, vous pourrez trouver de la rhubarbe sauvage, excellente en tarte ou en compote. Sur le chemin vous aurez peut-être aussi la chance de tomber sur des fraises, framboises ou groseilles sauvages. Les sapins offrent aussi des surprises dont, vous l’ignorez peut-être, les bourgeons sont comestibles. Nous pouvons les cuisiner au printemps en confitures, tisanes, cakes… Il faut les cueillir quand ils sont à peine ouverts et de couleur vert clair. Enfin, il est possible de ramasser les racines de pour fabriquer des liqueurs comme la « genziana ».

10 ▬ Génépi. Enfin, l’incontournable digestif après s’être régalé, c’est un petit verre de génépi ! La légende raconte que cette liqueur soigne le mal des montagnes… Plante de la famille des armoises, et typique des Alpes, le génépi se trouve exclusivement en montagne au-dessus de 2000m d’altitude près des pierriers. En la faisant macérer dans l’alcool et du sucre, nous obtenons de la liqueur qui peut être bue en digestif ou à l’apéro, avec ou sans glaçons. Pour produire son génépi, il faut suivre la règle des 40 : 40 brins de génépi doivent macérer dans 1 litre d’alcool avec 40 sucres pendant 40 jours. Mais attention, dans le parc de la Vanoise il est interdit d’en ramasser.


Voici un aperçu des plats et gourmandises à ne pas manquer cet été à Méribel ! Vous pourrez les retrouver dans les boulangeries de la station ou dans les magasins de produits régionaux.

Bon appétit !

Live

Mardi 20 Août 2019

La neige est à l'honneur

Tendance du jour à 4000m d'altitude

Météomardi 20 août 2019

Visibilité : 100m à 500m
Couvert, pluie faible
9 km/h 13°C 1450m
14 km/h 5°C 2700m
Tout le bulletin météo

ENNEIGEMENTmardi 20 août 2019

Info Neige

Non dispo

Dernière chute de neigejeudi 4 avril 2019

1450m 0cm
2700m 0cm
Tout le Bulletin neige

Pistesmardi 20 août 2019

Pistes Verte
0 / 8
Pistes Bleue
0 / 26
Pistes Rouge
0 / 25
Pistes Noire
0 / 8
Toutes les pistes

A faire / à voir

AUJOURDHUI